Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

La sociocratie

 Le terme "sociocratie" réfère à un mode de prise de décision et de gouvernance qui permet à une organisation de se comporter comme un organisme vivant, de s’auto-organiser. Pour rendre cela possible, la sociocratie va permettre à toutes les composantes de l’organisation d’exercer un pouvoir souverain sur la gestion de l’ensemble comme c’est le cas chez les organismes vivants.

 Gouvernance partagée?

Le Mooc de L’Université des Colibris avec l’Université du Nous – UdN – a popularisé, avec quelques écarts avec la sociocratie,  l'expression : "gouvernance partagée" pour décrire de nouvelles façons de communiquer, de décider ensemble, de concilier l’épanouissement des personnes et des organisations. Pour en débattre.

Pré-requis

  •     Travailler sur la gouvernance de soi avant de s'occuper de celle de la communauté
  •     Prendre soin des relations dans la communauté avant de prendre des décisions

Ca vient d'où?

  •     Gilles Charest, canada, promoteur de ce mode de gestion
  •     Années 80, le gouvernement hollandais reconnait ce mode de gestion et l’encourage,
  •     Années 1970, Gérard Endenburg formule les 4 principes
  •     Auguste Comte (1798-1857) Père de la sociologie
  •     Inspirée du fonctionnement des systèmes vivants

Les 4 principes de la sociocratie

1. Le cercle

  •     propice à l'échange et au partage
  •     équivalence entre les participants
  •     lieu de prise de décision: 1 personne = 1 voix

2. Le consentement

    personne ne dit non = aucune objection

3. Le double lien

  •     Chaque cercle est dirigé par un leader désigné par le cercle supérieur.
  •     Chaque cercle élit en son sein un représentant chargé de siéger au sein du cercle supérieur

4. L'élection sans candidat

  •     le choix d'une personne dans une fonction se fait sur la base du consentement des membres présents.
  •     une fonction = un service important pour la communauté (non un honneur, mais un devoir chez les amérindiens)

1er principe: Créer des cercles à chaque niveau où le pouvoir se distribue dans l’organisation


Les cercles dans la présentation vidéo de l'UDN:

2ème principe : Décision par consentement (sans objection)

  • Les cercles sont des lieux de décision et non de discussions.
  • Les propositions sur lesquelles il va falloir décider doivent être élaborées par certains membres, au préalable de la tenue du cercle.
  • Chaque cercle prend ses décisions au consentement => plus aucune objection à la proposition formulée.

C'est quoi une objection?

  •     ni jugement, ni analyse
  •     un argument de qualité qui vient bonifier la proposition
  •     un argument qui intègre l'intérêt individuel et les intérêts collectifs


Toute objection doit être argumentée et une proposition de modification de proposition doit être faite par l’objecteur.
Une tension est un signe à intégrer.

Processus

1. Poser les règles (rôle, règles, intention commune)
2. Clarifier et valider les critères de décision
3. Exposer une proposition
4. Clarifier la proposition
5. Réagir : chacun expose son point de vue sans discussion, ni débat
6. Modifier la proposition pour tenir compte des réactions des membres du cercle.
7. Prendre un temps de silence

  •     Est-ce que je suis bien avec ? Est-ce que je peux vivre avec cette idée ou ai-je vraiment une objection?

8. Recueillir les objections

  •     On ne discute pas de l’objection, on cherche à la comprendre
  •     Si trop d’objections, on va vers une autre proposition

9. Bonifier les propositions avec les objections
10. Obtenir le consentement des membres du cercle
11. Rédiger la décision
12. Evaluer le processus
13. Célébrer

3ème principe: double lien

 

  •     Chaque cercle est dirigé par un leader désigné par le cercle supérieur.
  •     Chaque cercle élit en son sein un représentant chargé de siéger au sein du cercle supérieur

Avantages:

  •     Circulation de l’information
  •     Responsabilité de l’organisation
  •     Pas de perte d’énergie
  •     Forte capacité de réactivité et adaptation

4ème principe: Election sans candidat

1. Poser le cadre (règles, rôles, intention commune)
2. Clarifier et valider les critères de choix
3. Remplir un bulletin de vote avec
. Mon nom, Mon choix, Et mettre dans le pot commun
4. Dévoiler le choix de chacun
5. Entendre les arguments en faveur du choix de chacun , sans discussion
6. Changer ou non son choix en fonction des arguments et enrichir les
arguments
7. Obtenir une proposition d’un membre du groupe en faveur d’un candidat
8. Obtenir le consentement pour la proposition

    1. Réagir
    2. Amender s’il y a lieu
    3. Recueillir les objections
    4. Bonifier la proposition
    5. Obtenir le consentement
    9. Evaluer le processus

10. Célébrer !


Une introduction plus complète à la sociocratie

Lire "Sociocratie, les forces créatives de l'auto-organisation" publié par le Centre Français de Sociocratie

Quelles différences avec l'holacratie?

Des origines communes: la méthode sociocratique d'Endenburg.

Les pratiques de l'holacratie (très résumées):

  •     Il n'y a pas de chef ni de manager.
  •     Il s'agit de ne s'intéresser qu'à l'organisation réelle (en auto-organisation), et à ne pas perdre du temps à définir une organisation qui ne sera pas respectée.
  •     On commence par définir la raison d'être de l'organisme (entreprise, association, collectivité).
  •     On définit ensuite des domaines ou cercles dans lesquels des rôles seront définis avec des redevabilités. Par exemple marketing, ventes, ressources humaines...
  •     Des réunions de gouvernance, de stratégie, et de triage (= opération) permettent de régler ce qui est nécessaire au niveau approprié.
  •     Dans ces réunions, l'ordre du jour est défini en séance, on ne s'intéresse qu'aux tensions exprimées librement par chacun.


Bien commun ou marque déposée?

 Le mot Sociocratie appartient au domaine public, dès 1851. Le mot Holacracy est déposé en tant que marque par Brian Robertson

Des réelles divergences

  •  L'holacratie propose un système plus clés en main, mais plus fermé.
  •  Il semble que dans le modèle de l'holacratie, les personnes ne comptent pas en tant que telles, qu’on s’intéresse seulement à ce qu’elles font pour servir la raison d’être de l’organisation : leurs rôles et redevabilités ?

Pour en savoir plus